Quelque soit l’usage, professionnel ou particulier la réponse est évidente : vous vous connectez directement sur internet, que ce soit pour consulter vos mail, consulter les dernières nouvelles, écouter de la musique sur Deezer, jouer en ligne ou encore regarder le résumé du match de l’olympique lyonnais sur Youtube.

Dorénavant le temps passé sur internet une fois l’ordinateur allumé est largement majoritaire, au point de se demander l’utilité d’un ordinateur non connecté.

L’utilisation massive du web pour tout service progresse et tout laisse à penser que cette tendance va se renforcer dans les prochaines années. Le Cloud Computing (voir article du 22/01/2010) par exemple va dans ce sens, puisqu’il permet de dématérialiser tout le système d’information d’une entreprise. A quoi bon accroitre sans cesse son espace de stockage quand tout peut être dématérialisé à la carte en tant que service ?

Si tout est dorénavant "dans les nuages", le système d’exploitation tel qu’il est actuellement devient obsolète. Chrome OS se base sur ce constat simple, mais lucide, qui lui permet par la même occasion d’exploiter son cœur de métier, à savoir les services web et la navigation.

Aujourd’hui, il parait invraisemblable de mettre aux alentours d'une minute pour simplement lancer internet, alors qu’il suffit de 10 secondes pour un Smartphone. Ce laps de temps inhérent au démarrage de Windows est dû au lancement de différents services du système, la plupart totalement inutile pour démarrer le navigateur, hors c’est l’objectif principal dans la majorité des cas. Pour remédier à ce problème, certaines marques comme Asus ont d’ailleurs réagi par la mise en place d’une touche d’accès direct à internet, via le lancement d’un petit système Linux indépendant.

Google peut difficilement rivaliser avec l’implantation de Windows sur le marché et ses années d’expérience. De plus le secteur de l’open-source est déjà occupé par linux. Chrome OS tente donc de façon ingénieuse de créer un nouveau segment de marché. Baser son système d’exploitation sur un navigateur web lui permet de créer sa propre place sur le marché, en ciblant bien entendu dans un premier temps les ultra-portables destinés clairement à cet usage de l’ordinateur. Pour le reste, c’est un pari sur l’avenir.